Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Interface

Index de l'article

Flux et reflux des liquides interstitiels

La grande contribution de William Harvey à la science du dix-septième siècle fut de décrire le flux sanguin comme circulant dans les vaisseaux de manière continue et à sens unique, ce qui s’opposait à la notion populaire de l’époque selon laquelle le sang nourrissait les tissus grâce à un mouvement de flux et de reflux. La grande contribution de William G. Sutherland à la science du vingtième siècle fut de décrire l’activité métabolique résultant de cette mise à disposition de nutriments à sens unique comme dérivant d’une fluctuation de flux et de reflux dans les liquides interstitiels et les cellules au lieu de la notion populaire selon laquelle ces nutriments seraient mis à disposition par la seule distribution sanguine.

Une fluctuation respiratoire, proclame Sutherland, ordonne l’activité métabolique de la délivrance des nutriments et de la dispersion des déchets. C’est un processus organisé et non pas le hasard qui détermine les activités biochimiques de la cellule et de son environnement. Les tissus qui réalisent cette organisation sont les tissus conjonctifs. Avec l’eau en tant que médiateur, les éléments fibreux de la cellule et du liquide interstitiel procurent les moyens par lesquels le système opère biochimiquement et bioélectriquement. Même les canaux lymphatiques se synchronisent à ce comportement oscillatoire du système tissulaire matriciel.

Esprit de vie et fluctuation

Pour déclarer l’esprit responsable de cette oscillation à rythme indépendant, de type respiratoire, palpable, Sutherland se réfère à la Bible et au Dr Still. Ces activités palpables sont des mécanismes de l’esprit. Tous les tissus y participent. Elles sont fondamentales à la vie. Un jour ou l’autre, la découverte de Sutherland recevra la reconnaissance qu’elle mérite, elle sera reconnue, au même titre que celle d’Harvey, comme une des plus grandes découvertes de tous les temps dans le domaine de la physiologie.

L’affirmation de Sutherland selon laquelle un phénomène de flux et de reflux sous-tend le métabolisme, n’est pas seulement issue d’extrapolations dérivées des idées et des textes de Still ; elle se fonde également sur de la connaissance obtenue à partir de recherches et d’expériences cliniques effectuées au départ sur sa propre tête, puis sur ses patients et sur ses étudiants. Une telle connaissance supplante tout besoin de preuve scientifique quant à l’existence du phénomène parce qu’elle est, par elle-même, en elle-même, la preuve de son existence. Au-delà d’une observation basique par la palpation, la preuve scientifique n’est qu’un outil, nécessaire pour démontrer comment, quand et pourquoi elle se produit et non pas destiné à savoir si elle existe. La science démontre la réalité d’un phénomène à ceux qui n’ont pas eu l’occasion d’observer directement ce phénomène particulier grâce à quelque mesure objective. Mais pour ceux qui ont observé directement le phénomène, la preuve scientifique n’est pas nécessaire.

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.